Je recommande à mes successeurs qui seront envoyés légitimement par l’évêque diocésain de prendre cette paroisse à cœur. Longtemps elle a été sans prêtre au milieu d’elle. Néanmoins la foi n’y est pas morte, une bonne volonté de faire le bien subsiste. Seulement il y a négligence très grande pour approcher des sacrements au moins aux fêtes principales, même à Pâques. Il se trouve encore un certain nombre qui n’ont point approché des sacrements depuis 10, 20, t 30 années et plus. Cependant, avec la grâce de Dieu, il y a tout espoir d’en ramener une grande partie. Il n’y a qu’un Pontmain en France où on puisse faire et entreprendre des choses aussi difficiles sans autre secours que la divine providence.

Journal Tome II